Le ministre du Travail Eric Woerth a annoncé mardi sur RMC et BFM-TV que son épouse Florence allait porter plainte contre Eva Joly (Europe Ecologie) après les accusations lancées par l'eurodéputée dans l'affaire Bettencourt.

voir_le_zoom : Photo prise le 2 mars 2010 du ministre du Budget (à
cette date) Eric Woerth arrivant avec son épouse Florence au palais de
l'Elysée à ParisPhoto prise le 2 mars 2010 du ministre du Budget (à cette date) Eric Woerth arrivant avec son épouse Florence au palais de l'Elysée à Paris

Le ministre du Travail Eric Woerth a annoncé mardi sur RMC et BFM-TV que son épouse Florence allait porter plainte contre Eva Joly (Europe Ecologie) après les accusations lancées par l'eurodéputée dans l'affaire Bettencourt.

AFP/Archives - Eric Feferberg

 

voir_le_zoom : Liliane Bettencourt pose, le 20 novembre 2002 à
ParisLiliane Bettencourt pose, le 20 novembre 2002 à Paris

"Il y a une contradiction d'intérêts incroyable, par rapport à sa prétendue lutte contre les paradis fiscaux, alors même que sa femme a participé à l'évasion fiscale de la fortune Bettencourt", avait estimé Mme Joly, reprenant des accusations lancées samedi par Arnaud Montebourg (PS).

AFP/Archives - Joel Saget

Le ministre du Travail Eric Woerth a annoncé mardi sur RMC et BFM-TV que son épouse Florence allait porter plainte contre Eva Joly (Europe Ecologie) après les accusations lancées par l'eurodéputée dans l'affaire Bettencourt.

"Elle portera plainte contre Eva Joly, parce que c'est des propos inacceptables. C'est vraiment des professionnels de la calomnie", a assuré M. Woerth. "C'est inacceptable de salir les gens comme cela, de faire tous les rapprochements", a-t-il ajouté.

L'eurodéputée Eva Joly, ancienne juge d'instruction spécialisée dans les affaires financières, avait estimé dimanche dans un entretien au site Mediapart que M. Woerth devrait démissionner du gouvernement après sa mise en cause dans l'affaire Liliane Bettencourt, soupçonnée d'évasion fiscale.

"Il y a une contradiction d'intérêts incroyable, par rapport à sa prétendue lutte contre les paradis fiscaux, alors même que sa femme a participé à l'évasion fiscale de la fortune Bettencourt", avait estimé Mme Joly, reprenant des accusations lancées samedi par Arnaud Montebourg (PS).

Dimanche, le ministre du Travail avait annoncé que son épouse, salariée de la société chargée de gérer la fortune de la milliardaire Liliane Bettencourt, allait porter plainte contre le député PS pour les mêmes raisons.

"Ce n'était pas le métier de Florence Woerth de s'occuper des fonds de la famille de Mme Bettencourt à titre privé. Elle s'occupe des dividendes de L'Oréal", a assuré mardi M. Woerth.

"Si quelqu'un a des comptes par ailleurs personnels, elle ne peut pas le savoir, ce n'est pas dans le champ d'investigation de cette société. Ces comptes, s'ils existent, ont peut-être été ouverts il y a vingt ans, il y a trente ans, il y a quarante ans", a ajouté l'ancien ministre du Budget.

M. Woerth, en butte à des accusations de "conflit d'intérêts" et des demandes de démission à gauche, a annoncé lundi le départ prochain de son épouse de la société où elle gère une partie de la fortune de Liliane Bettencourt.

L'avocat de trois personnes libérées après avoir été placées en garde à vue dans ce dossier a par ailleurs déploré mardi que la justice enquête "uniquement sur la nature" et non sur le contenu des enregistrements clandestins de conversations de Liliane Bettencourt.

"Je m'interroge sur l'attitude du parquet (de Nanterre, ndlr), qui se focalise uniquement sur la nature des enregistrements sans se soucier de leur contenu", a confié à l'AFP Me Antoine Gillot, avocat du maître d'hôtel, de la comptable et de l'informaticien, remis la semaine dernière en liberté après avoir été placés en garde à vue.

"On se focalise aujourd'hui sur le personnel. Tout cela permet d'occulter l'essentiel, à savoir les informations révélées par les enregistrements", a ajouté Me Gillot, pour qui "l'authenticité" des documents "ne fait pas de doute".

Le parquet de Nanterre a ouvert en début de semaine dernière une enquête préliminaire pour "atteinte à la vie privée" après la découverte de ces enregistrements, réalisés entre mai 2009 et mai 2010 par le maître d'hôtel de la milliardaire.

Interrogé lundi sur le fait de savoir si le contenu des enregistrements allait également faire l'objet d'une enquête, le parquet s'est contenté d'indiquer que "les investigations se poursuivent".

Selon Me Gillot, les enregistrements effectués par l'ancien maître d'hôtel de la femme la plus riche de France ne sont pas le fruit d'un "complot" de ses ex-employés.

© 2010 AFP

TV5


Mon commentaire: merci Madame Joly! Vous feriez une sacrée belle équipe avec l'incorruptible Ségolène Royal