Sur LETTRES DE STRASBOURG

 

 

Alors que de nouveaux risques sociaux semblent être dangereusement réactivés en Europe et au Proche-Orient, on apprend que les joyeuses exhibitionnistes féministes du mouvement FEMEN viennent d’enregistrer leur mouvement dans notre pays. Si nous avons apprécié les premières FEMEN, ces féministes de rêve, celles qui se déshabillent et se débauchent d’une délicieuse manière, sans que l’on ait ni à leur demander, ni ainsi à passer pour un goujat, un obsédé:  pour le plus grand bonheur de la société ultralibérale, ces féministes-là se comportent et s’affublent comme les figurantes d’un scopitone de Snoop Doggy Dogg ou comme des lutteuses de combats de boue lors d’une entracte d’une soirée catch pour grossiers personnages.

Or, ce mouvement de sirènes « sexetrémistes[1] », d’amazones bourgeoises qui croient être au comble de la subversion en se pavanant nues et en promouvant tous les codes de la société mondialiste, où la démocratie conforme s’exprime par l’hypersexualisation, l’outrance et l’individualisme, ces FEMEN là ont rapidement muté en un énième appendice de la nébuleuse des mouvements politico-culturels et de combat « civique » postérieurs à OTPOR et à tous les autres cœurs des révolutions colorées qui essaiment depuis Mai 1968, jusqu’en 2012.

Après tout, que pourrions-nous avoir à redire, de l’enregistrement des FEMEN en France ? Pas grand-chose, si ce n’était que nous avons assisté ces derniers mois, et parallèlement à l’ affaire des Pussy Riots russes, à une multiplication d’actions soi-disant subversives de la part d’un fémininisme pornographique et dont la destruction de la croix catholique de Kiev (croix qui fut érigée en la mémoire de millions de victimes du stalinisme, choses qu’ignoraient visiblement ces militantes « politiques » !) fut le climax le plus scandaleux et le plus idiot :

Pire encore ! C’est en France qu’est venue se réfugier Inna Chevtchenko, celle-là même qui scia à la troçonneuse et de façon hystérique la dite croix catholique de Kiev. Les méthodes irrationnelles de ces groupuscules ont de quoi laisser perplexes :

Alors qu’elles accomplissent des actes antireligieux, en premier lieu anti-chrétiens, tout en attaquant par de là, le gouvernement de leur pays à qui elles l’associent, elles parviennent néanmoins à provoquer le soutien et la pitié de l’occident déchristianisé, au prétexte fallacieux des droits de l’homme et de la liberté d’expression. Les FEMEN appellent d’ailleurs leurs actions : « test de la démocratie ». Un comble ! Perpétrer des dégradations ou des provocations à l’encontre ou à l’endroit de lieux ou de symboles sacrés, serait donc le nec plus ultra de la subversion et de la démocratie ? Grotesque. Par ailleurs, de Paris à Moscou, nombreux sont ceux à s’être ris de l’ignorance de ces grandes bourgeoises, qui les amènent à rendre détestables leurs actions. Voici la profondeur du raisonnement idéologique de la meneuse Inna Chevtchenko :

« Peu importe quelle croix tombera sous notre scie, orthodoxe ou catholique", l’abattage des croix est un acte politique et athée" pour "protester contre la fusion de l’Eglise et de l’Etat ».

Alors même qu’il s’agit de délits punis par les lois russes, et également par les lois de la République Française ! C’est d’autant plus ignoble de s’attaquer à des lieux commémorant des centaines de milliers de victimes. De ce point de vue là aussi, toutes les profanations ne suscitent pas les mêmes réactions pour notre crasse intelligentsia et notre classe médiatique française.

Et maintenant venons-en au fait : que penser de l’arrivée des FEMEN en France ? Que penser surtout, de leur étrange projet de s’en aller défiler aujourd’hui 18 septembre, dans un « quartier musulman » de Paris ? Curieuse formule, pour ces militantes de la lutte contre les discriminations. Du moins, ont elle la franchise des naïfs et des incultes à l’expression simple. En effet, alors que l’affaire du film Innocence of Muslims a provoqué de regrettables tumultes à Paris il n’y a pas deux jours, les observateurs de la résistance intellectuelle nationale craignent un nouveau reflux de l’instrumentalisation des haines et des tension ethno-religieuses, processus récurrent et qui tend à attaquer d’une part le fond chrétien, et d’autre part d’exciter les fureurs musulmanes auprès des extrémistes les plus notoires, ces derniers qui précisément, furent revigorés de façon remarquable depuis l’an passé, portés au pouvoir et à l’influence un peu partout par l’action de Washington, de Tel-Aviv et du Golfe.

Ce que verrons les esprits réduits et néophytes, comme la ridicule Véronique Genest, c’est « l’islam, danger pour notre démocratie ». C’est-à-dire encore cette bobosphère mondialiste inconstante et polluante, qui promeut ici l’ouverture des frontières aux biens, aux marchandises et aux personnes, et de l’autre se plaint des conséquences de son idéologie égoïste.

Ce que verrons les islamo-racailles et autres voyous réislamisés dans les « quartiers musulmans » de Paris, c’est un défilé d’idiotes, d’ingénues qui iront encore se plaindre de s’être offerte sur un plateau à la vue de tous et de toutes.

Mais justement, pourquoi ces FEMEN prennent-elles l’étrange décision d’aller défiler nues dans un « quartier musulman », tandis que précisément, les islamistes fondamentalistes salariés des pays du Golfe, agitent leurs groupuscules dans notre pays, tandis que de l’autre côté de l’atlantique, l’on s’amuse à provoquer des désordres jusqu’aux portes de l’Elysée, là où résident depuis Sarkozy, des pouvoirs impuissantes, « agités » ou « mous », mais finalement égaux.

Pourquoi choisir aujourd’hui un « quartier musulman », et pourquoi pas un « quartier juif » ou encore « un quartier chinois » ou « hindou » ?

Qu’est-ce que toutes ces actions, notamment de provocations antireligieuses à l’égard de exclusif des chrétiens et des musulmans, ont à voir avec les combats originels dont ce réclament les FEMEN, à savoir « la promotion des droits des femmes, contre la prostitution, le tourisme sexuel et les agences matrimoniales internationales. »

« Femmes musulmans, déshabillez-vous ! » Ce message est d’autant plus idiot qu’un simple coup d’œil à maintes jeunes françaises musulmanes, n’ont désormais plus rien à envier du point de vue de l’appétence à la légèreté, aux autres.

En attendant, le Ministère de la Justice d’Ukraine nous aura prévenus : « L’enregistrement de FEMEN en France signifie littéralement que le gouvernement du pays accepte que cette organisation existe et mène ses activités en territoire de la France. »

Bref, quoiqu’il en soit : on pense que les FEMEN seront gentiment contenues par la maréchaussée française.

Et puis notre côté punk, ne peut qu’encourager ces féministes exhibitionnistes (par ailleurs étrangement toutes dotés d’une plastique avantageuse) à continuer de revendiquer leur liberté de débauche en s’offrant au plaisir du séducteur nomade et de la société capitaliste et ultralibérale.

                Le Comte d’Altdorf.


[1] Un néojeunisme éminemment grotesque.