Une synthèse remarquable sur la question de l'Euro, et les perspectives

 

Sur le BLOG de LUCIEN PONS

Quelques pistes pour mieux comprendre les enjeux du moments.

 

LA DICTATURE EUROPÉISTE FRANCHIT UN NOUVEAU PAS.

 

Pour le premier numéro de «Contre-courant» sur Mediapart, Alain Badiou et Aude Lancelin reçoivent Aurélien Bernier.  La vidéo est à voir absolument !

Le 12 février 2014 |  Par La rédaction de Mediapart

« Contre-courant » : Mediapart diffuse ce nouveau rendez-vous avec le philosophe Alain Badiou et la journaliste Aude Lancelin. Régulièrement, ils débattront avec les auteurs d'essais marquants. Pour ce premier numéro, ils portent la contradiction à Aurélien Bernier, qui publie La gauche radicale et ses tabous, pourquoi le Front de gauche échoue face au Front national...

La suite est ici , ou .

 

 

En affirmant aujourd'hui que les Britanniques sont « trop ignorants » pour qu'on leur demande par référendum s'ils veulent ou non sortir de l'UE, Mme Viviane Reding vient de franchir un nouveau pas dans l'établissement d'une authentique dictature sur le continent européen. La suite est ici

 

 

Dans le journal Marianne Jacques Sapir précise les enjeux de la sortie de l’euro.

Le débat sur une sortie, ou sur dissolution, de l’Euro suscite un certain nombre de questions qui reviennent de manière récurrente. En soi, une monnaie unique ne pose pas de problème de démocratie, du moins si l’on a un contrôle de la politique monétaire dans des structures démocratiques... La suite est ici

 

 

Emmanuel Todd: "L'euro, un veau d'or français" dans « Marianne ».

Vue de Washington ou de Tokyo, la zone euro est le trou noir de l'économie mondiale. Il faut en sortir. Aux élections européennes, l'abstention sera la seule arme contre le FN et les européistes…

La suite est ici

 

 

L'ARNAQUE de L'UNION EUROPÉENNE démasquée ! [vidéo]  Jeudi 13 février 2014

La suite est ici

Liste Tsipras ? Non, merci ! Un fantôme parcourt l’Europe, il s’appelle l’Euro. Sur le papier du moins, Alexis Tsipras apparaît comme le personnage du moment. L’avenir nous dira pour combien de temps, mais essayons tout de suite de comprendre pourquoi. Le leader de Syriza, également candidat à la présidence de la Commission européenne, semble dire des choses raisonnables. Très raisonnables, peut-être un peu trop raisonnables… Il est ouvert, et dit qu’il veut discuter de tout, sauf d’une chose. He ! oui, le jeune Alexis a bien un tabou, et c’est justement celui qui peut le rendre sympathique à nos beaux parleurs. Venons-en tout de suite au cœur du sujet. Parlant l’autre jour à Paris (voir Il Manifesto du 5 février), Tsipras a tiré les choses au clair : l’euro ne se discute pas… La suite est ici

Vive le patriotisme RÉPUBLICAIN ! La pensée républicaine ne peut-être que patriote ou ne peut pas véritablement être.Jeudi 13 février 2014.

La suite ici

Sortir de l’euro, de l’UE : à gauche les lignes bougent et donnent raison au PRCF. L’Union Européenne et son euro sont des armes d’exploitation massive des travailleurs, d’asservissement des peuples, un levier du néolibéralisme pour reprendre les mots récents de Monique Pinçon Charlot. Car la construction Européenne est depuis l’origine une construction de classe, une construction impérialiste par et pour l’oligarchie capitaliste contre les classes des travailleurs des différentes Nations d’Europe. Ce constat n’est pas nouveau. Ce n’est pas pour rien que le PCF en 1957 déjà combattait le traité de Rome qui consacre le dogme de la concurrence libre et non faussée.
Ce combat pour la sortie de l’UE, le PCF le mènera d’ailleurs de façon franche et claire jusqu’à ce que la « mutation » de l’opportuniste R Hue le conduise à un virage à 180°, autolâtre ou PS compatible, dans le but affirmé de participer au gouvernement PS de la gauche plus rien. Ce gouvernement qui privatisa plus que la droite. Rappelons qu’à ce moment-là, les partis sous étiquette de gauche sont majoritaires en UE. Quid d’une Europe sociale? Nada. Au contraire, c’est une accélération de la fuite en avant dans le totalitarisme capitaliste de l’UE qui s’est produit… La suite est ici

Face à la tenaille politique qui broie la France, FAIRE LA BRECHE et PRENDRE L’OFFENSIVE. Par Georges Gastaud et Antoine Manessis. Sur le plan politique, notre pays est sommé de choisir entre… deux genres de mort également déshonorants : se suicidera-t-il en suivant le Parti Maastrichtien Unique (P.M.U.) des Hollande, Sarko, Borloo, Duflo et Cie, qui rampent devant le M.E.D.E.F. et A. Merkel, qui arasent les acquis du C.N.R. et qui veulent diluer la République française une et indivisible dans l’Europe fédérale des régions et des métropoles ? Ou bien le peuple français s’abandonnera-t-il à la voie fascisante que porte l’U.M.’ Pen en gestation sur fond d’appel bonapartiste à la dictature de l’ « homme fort », de xénophobie, de haine des « assistés », des fonctionnaires, des « cocos » et des syndicalistes ? …La suite est ici

 

Bien cordialement.

 

Lucien PONS