Observatoire National de la Franc-Maçonnerie ONFM

Usure

franc-maçonnerie - usure
"Il est une chance que les gens de la nation ne comprennent pas notre système bancaire et monétaire, parce que si tel était le cas, je crois qu'il y aurait une révolution avant demain matin" (Henry Ford)
Ce que nous vivons, ce n'est pas une crise :
c'est une escroquerie !
Posons-nous les questions qui fâchent...
Quelle part de la dette incombe aux usuriers ? Et qui contrôle notre or ?
Rassurez-moi : ce ne sont pas les mêmes ?!

L'usure est la principale responsable des souffrances (emploi, famille, éducation, santé,...) et les usuriers les 1ers esclavagistes de nos vies. De tout temps, elle a été considérée comme le premier mal des civilisations.
Tout leader, tout citoyen qui prétend vouloir faire de la politique sans s'être plongé dans le concept de l'usure (création monétaire, endettement, ...), gagnerait à préférer faire du jardinage...
.
Rendons à Rothschild, la part de la dette qui lui revient : faîtes les comptes...



C’est sous la présidence de l’ex-Directeur de la banque Rothschild, Georges Pompidou, que la loi du 3 janvier 1973 dite loi « Pompidou-Giscard-Mesmer« (73-7) ou encore appelée « loi Rothschild », fût votée. Elle est directement responsable du service de la dette (plus de 45 milliards € par an pour les seuls intérêts) et conséquemment de cette situation proche du chaos. Michel Rocard lui même, déclarait(*) fin décembre 2012 sur Europe1 que sans cette loi notre dette serait à un niveau « bénin » (« 16 ou 17 % du PIB »).

(*)"La réforme de la Banque de France de 1973 a interdit que celle-ci prête à l’État à taux zéro. L'État est donc allé emprunter avec intérêt sur les marchés privés. Si nous en étions restés au système précédant, qui permettait, répétons-le, à la Banque de France de prêter à l’État à taux zéro, notre dette serait de 16 ou 17 % du PIB, soit bénigne." (Michel Rocard - décembre 2012 Europe1)
Les statuts actuels de la Banque de France (sous tutelle de la BCE depuis 1997) confortent l'obligation de se soumettre à l'usure des banksters :

  • Art. L. 141-3. Statuts actuels de la BDF - "Il est interdit à la Banque de France d'autoriser des découverts ou d'accorder tout autre type de crédit au Trésor public ou à tout autre organisme ou entreprise publics." (banque-de-france.fr)
  • A rapprocher de la loi de 1973 (loi 73-7, art.25) : "le Trésor public ne peut être présentateur de ses propres effets à l’escompte de la Banque de France
  • L'équivalent de la loi de 1973 au niveau de l'Europe est l'article 123 du Traité de Lisbonne (ratifié contre le gré des Français)  : " « Il est interdit à la Banque centrale européenne et aux banques centrales des États membres, (...), d’accorder des découverts ou tout autre type de crédits aux institutions, organes ou organismes de l’Union, aux administrations centrales, aux autorités régionales ou locales, aux autres autorités publiques, aux autres organismes ou entreprises publics des États membres."
Une simple question : si on emprunte de l'argent qu'ils créent (à partir de rien), mais qu'ils nous demandent ensuite de rembourser AVEC des intérêts que ni eux, ni nous, n'avons créé : Dans ce cas, comment rembourser, sans devoir réemprunter à nouveau ? ...
Il est grand temps que la fête s'arrête, vous ne croyez pas ?
En attendant, les français consacrent plus de la moitié de l'année pour alimenter ce système fiscal qui graisse inutilement la patte aux usuriers
(46% prélèvements obligatoires + 20% TVA sur les dépenses des ménages)
 Les impôts et cotisations sociales (hors TVA) , France depuis 1970
(Souriez : les 5 derniers mois vous sont offerts !)  
"Pire qu'esclave est l'esclave qui s'ignore". Aristote
Pour la détente...
Comprendre la création monétaire de manière ludique :  
Comprendre la dette et la création monétaire en rigolant : c'est possible ? "The American Dream"
*
(dans le sous-titrage : remplacer bouclier rouge = "red shield" par "Rothschild")
A qui appartient "l'or des français"?

L'or et les avoirs français sont détenus par la Banque de France(BDF) et une partie est versée à la Banque centrale Européenne (BCE).
"Le Système européen des banques centrales (SEBC) est composé de la Banque centrale européenne (BCE) et des 27 banques centrales nationales (BCN) des pays membres de l'Union européenne." (source)

En ce qui concerne la France, sa "banque Centrale" est la banque de France. Depuis sa création en 1800 et contrairement à ce que suggérait sa dénomination, il s'agissait dès le début, d'une banque privée !


- BDF -

Henri Guillemin (Napoléon et la création de la banque de France)
Désormais (depuis 1997) la BDF est sous la tutelle de la BCE dont on s'étonnera de constater que la Banque d'Angleterre (société privée qui n'est pas non plus sous le contrôle britannique) y est actionnaire pour 15%....
(Statuts actuels de la BDF : Art. L. 141-1. - "La Banque de France fait partie intégrante du Système européen de banques centrales institué par l'article 8 du traité instituant la Communauté européenne" - banque-de-france.fr)
L'or de la Banque de France n'est donc pas sous l'autorité de l'état français (!).
L'or placée à la Banque de France, est placée sous l'autorité de la BDF contre garanti des dépôts / promesse d'avoir.
Sans aval, et dans le plus grand secret, la BDF (désormais sur ordre de la BCE) peut décider d'évacuer l'or dans un autre pays. (Comme la BDF l'avait déjà fait, par sa seule décision entre 1932 et 1940 - source)

En 1936, la BDF était sous l'autorité de seuls actionnaires : Francis Delaisi recensait alors "les 200 familles" détentrices (source):

- FED -

La FED (Réserve Fédérale US) est elle aussi privé et depuis décembre 1913, joue un rôle dominant sur la création monétaire aux US (et par ricochet dans le monde via le "pétro-dollar").
Dans les années 30 et jusqu'à la reddition de 1940, l'or de la BDF avait été évacué. Une partie non négligeable vers les coffres de la Réserve Fédérale (FED) aux US.

Qui possède la FED ?

La FED est née sous l'impulsion du "Baron Alfred Rothschild – petit fils de Mayer Amschel Rothschild et directeur de la Banque d’Angleterre" (source) . Selon Mullins (source), ces actionnaires sont :
  • Les Rothschild (pour 53% - source)
  • Les Frères Lazard (Eugene Mayer);
  • Israel Sieff;
  • La Compagnie Kuhn Loeb;
  • La Compagnie Warburg;
  • Les Frères Lehman;
  • Goldman Sachs;
  • La Famille Rockefeller; et
  • Les Intérêts de J. P. Morgan.
"Rien ne se fait dans le monde, du moins pour sûr dans le monde occidental, sans l’aval de la City et son cartel banquier. Son influence sur le politico-économique a atteint son paroxysme et perdure depuis au moins les guerres napoléoniennes lorsque la banque Rotschild finançait les deux côtés de la belligérance.
De fait, Wall Street n’existerait pas sans la city de Londres. Wall Street est inféodé à la City et non pas l’inverse. Les Rockefeller et autres Morgan, Warburg etc, sont les agents de la city au "nouveau monde", dans une Amérique soit disant "indépendante" de l’influence britannique. Le cartel des banques privées des banques centrales, incluant la Banque d’Angleterre et leur QG de la Banque des Règlements Internationaux de Bâle prennent leurs ordres à la City de Londres. La couronne d’Angleterre et sa banque sont inféodées à la City de Londres et non pas l’inverse.
La City de Londres est le nid de l’hydre (...) " (Resistance 71 - 30/05/2013)


- BCE -

La BCE (Banque Centrale Européenne)
L'Union Européenne contrairement à la France, n'emprunte pas mais crée sa monnaie : l'euro.
"Les banques centrales nationales sont seules autorisées à souscrire et à détenir le capital de la BCE" (source) et s'agissant de la Banque nationale française (la BDF) elle compte pour 14% du capital de la BCE, contre 20% pour la BC d'Allemagne (Deutsche Bundesbank) et étonnement pour 15% à la BC Angleterre (Bank of England - holding privée contrôlée par des intérêts financiers de la City*), qui n'a pourtant pas souscrit à l'euro (source)
La BCE et l'euro échappe de fait, au contrôle de l’État français.
(*) "La City est dirigée par la Banque d’Angleterre, une société privée. La City large d’un mile au carré est un état souverain localisé en plein cœur de Londres. En tant que « Vatican du monde financier », la City n’est pas soumise à la loi Britannique." (source)
En outre environ 20 milliards de contribution sont versés par la France à la BCE (20.4MM prévu en 2013 - vie-public.fr) et les reversements qui ont lieu en sens inverse (subventions - 13.6 MM en 2011- touteleurope.eu) ne se font pas à l’État français mais servent les objectifs de décentralisation nationale et d'appui de la politique obscure de la Troïka européenne sur le territoire ; sans considération des intérêts de la France et de ses citoyens (même si c'est avec leur argent) ...

La souveraineté française est donc largement devenue sans que l'on s'en rende compte, une vaste illusion ...

N'ayant absolument pas le contrôle de la création monétaire et l'illusion de l'accès à ses avoirs en or, l’État français est un état qui repose essentiellement sur la confiance : on pourrait parler d'état fantoche, corroboré par des représentants pantins, et une capacité législative limitée et sous domination des décisions européennes.
.
.
- BUBA -

L'Allemagne est-elle beaucoup mieux lotie ?


L'Allemagne possède le plus gros stock d'or au monde (3396 T d'or - nov 2012) (source) On considérait ce stock en réalité comme le second plus gros comparé au 9000 T d'or pour la FED en 2006- source - mais suite à un audit à la FED, il apparait "qu'il ne reste plus à la FED que 466 T(!) sur les 8133T attendues en 2013" !!? (quotidien.com - février 2013). L'Allemagne est donc bien le premier détenteur : mais officiellement seulement, car on constate que :
1528 T d'or de l'Allemagne serait détenu par la FED, qui n'en a plus que 466T !

Officiellement 45% de ses réserves sont détenues par la FED (ce qui ferait donc 45% de 3396 =1528 T !!) Or, on se demande bien comment en réalité, puisque la FED a ses coffres percés ! (466T d'or au lieu de 8133)
L’Allemagne l'avait d'ailleurs bien pressentie, en réclamant il y a quelques mois une partie de son or (300T) à la FED. On lui avait alors répondu que ca pourrait se faire mais sur plusieurs années (7 ans) : la bonne blague ! (quotidien.com 03/2013)
Où est le reste ? 31% des réserves allemande "était" en Angleterre (Bank of England - holding privée), 13% à la Banque de France (sous tutelle de la BCE)... (source). On estime à aujourd'hui à 900T, le stock qui aurait pu être rapatrié sur le territoire depuis les années 2000 (lemonde.fr 01/2013)
900 sur 3400, ca fait beaucoup moins... Le réveil des allemands risque pour une énième fois au regard de l'histoire, d'être terriblement douloureux... et donc pas forcément beaucoup mieux loti que les PIGS [Portugal, Ireland, Greece, Spain] et la France...

Si une fillette de 12 ans (Victoria Grant) a pu le comprendre, pourquoi la majorité des responsables politiques restent-ils dans l'ignorance ?
Où est stocké "l'or des français qui ne leur appartient pas" ?

A Paris "La souterraine" (le coffre-fort de la BDF), cette salle d'1 hectare n'a jamais été la seule zone de stockage de l'or dit "français". Déjà entre les deux premières guerres mondiales, pour des raisons de sécurité, de nombreux coffres disséminés sur toute la carte nationale servent de point de stockage, jusqu'à l'élévation du risque de l'instabilité sociale en France.

Dès 1932 l'or français (2500T à l'époque) commence à quitter le territoire, 4 ans avant l’avènement du Front Populaire en France, de 1936 et avant même l'élection du Chancelier Hitler en 1933, qui conduira par la suite à sa conquête de l'or des Nations avoisinantes après 1938.
[Front Populaire] "24 juillet 1936 : réforme de la Banque de France. La loi remplace le Conseil de régence qui désignait le gouverneur par un Conseil général. Les membres du Conseil de régence étaient élus par les 200 actionnaires les plus importants (« les 200 familles »), dorénavant, ils cèdent leur place aux représentants de l'État, à ceux des « grandes forces organisées du travail et de l'activité industrielle, commerciale et agricole » et à ceux, élus par les petits actionnaires qui obtiennent aussi le droit d'assister aux assemblées générales." (source)
.
L'or est ainsi déplacé en parfait secret dès 1932 (peut-être comme il pourrait l'être aujourd'hui, compte tenu du risque de rupture politique en France comme en Europe et que personne ne se soucie de l'or physique censé "appartenir" à l'Etat français...). Le point principal d'évacuation de l'or entre 1932 et 1940, sera les Etats-Unis (New York). Une partie se retrouve également dans des zones coloniales en Afrique. cf. docu VIDEO: http://www.dailymotion.com/video/xyfcp1_1940-l-or-de-la-france-a-disparu_news

L'évacuation discrète par des agents de sociétés non moins discrètes, n'est pas une première dans l'histoire. Car déjà, devant la fermeté de Philippe Le Bel souhaitant prendre définitivement le contrôle de la monnaie : "Les chariots remplis d’or seraient sortis du Temple de Paris au soir du 12 octobre 1307 et se seraient dirigés vers le nord de la France, pour charger leur cargaison d’or sur des bateaux, direction l’Angleterre (!) C’est à la survie de l’ordre qu’avait servi l’or des Templiers." (orpostal.com)

L'or n'est pas sous le contrôle de l'état


Ce qui est intéressant, c'est qu'il échappe de facto en 1932 à l'autorité de l'Etat qui ne souhaite pas le déplacement, et également au contrôle de Pétain, avant ou après la reddition de 1940. Ce qui montre qu'effectivement l'or des français ne leur appartenait déjà que par apparence mais qu'en réalité, (tout comme "l'or américain") il peut très bien disparaitre discrètement (ou plutôt "dans un secret absolu") sans aucun contrôle officiel de l’État qui ne possède qu'un avoir : c'est à dire l'illusion de la possession, jusqu'à ce qu'il disparaisse...
Un peu à l'instar de tout particulier, client d'une banque, qui ne soucie pas trop de savoir où sont physiquement situés ses avoirs, tant qu'il a la confiance de pouvoir y accéder quand bon lui semble. Et idem, s'il a 1 coffre en banque avec des lingots : le jour où la banque dépose le bilan, il lui est impossible de faire même ouvrir "son" coffre car en réalité, même si " les coffres ne font pas partie des biens propres de la banque, leur accès peut en être compliqué..." (acheteror.org)
Et quand on constate l'actuel braquage des déposants à Chypre (03/2013) - et bientôt ailleurs en Europe - on peut facilement imaginer, l'impossibilité d'accès à l'or (de la BDF, comme celui des particuliers) en cas d'effondrement en chaîne, de risque de guerre, ou d'instabilité politique...

L'or de la BDF est-il toujours sur le territoire national ?


Aussi, rien ne peut certifier à 100% compte tenu du risque d'un effondrement monétaire de la zone euro, que "l'or des français" se trouvent toujours dans les coffres de la BDF, ni même sur le territoire (et qu'il le soit ou non, ne présume pas de l'avenir...)
Une partie déjà avait été échangée en 2004 contre du papier (!). A ce moment là, l'or valait 400 $/once contre 4 fois plus aujourd'hui (1600 $/oz). Cette décision représente donc une saignée dans les avoirs français - et dans un contexte où on ne pouvait pas ignorer qu'il était voué à augmenter (et c'est d'ailleurs pas fini...) C'est l'ancien ministre de l'économie Nicolas Sarkozy (à l'époque) qui avait sollicité la revente d'une partie de notre or contre des devises (1/5e : 500 à 600T d'or sur les 3000T- lepoint.fr).
Quant à l'autre partie (2400T estimé en 08/2011 - source), la haute-trahison de la logique de l'endettement depuis 1973, fait que de toute manière, la dilapidation des avoirs se fait, tout naturellement pour couvrir les intérêts, puis les intérêts des intérêts d'une dette qui ne devrait en réalité pas du tout exister.

Si l'or quitte les frontières, où irait-il ?


Si l'or devait à être déplacé, il serait difficile de savoir à quel endroit. Seules quelques hypothèses pourraient être formulées ...
La BDF sous le contrôle de la BCE, pourrait dans un premier temps le faire se déplacer en Europe. Et ensuite ailleurs, au gré de l'évolution des situations géostratégiques et politiques...
Par exemple :
Israël : même si cela ne figure pas encore dans les manuels, est de fait, par son influence, le possible "nouvel empire" (après la Pax Britannica, La Pax Americana, pourquoi pas la Pax Judaica...)
« La situation idéale ca serait d’avoir Jerusalem devenant capitale de la planète réunifiée autour d’un gouvernement mondial » (Jacques Attali - Bilderberg 2006, B'nai B'rith - interrogé sur la chaîne Public Sénat)
D'ailleurs, Rothschild a récemment demandé sa double nationalité (israélienne) avec une excuse drolesque : "J’ai acquis la nationalité israélienne, uniquement pour faire des courses hippiques" (E&R.fr) qui témoigne d'un mépris total pour son auditoire mais aussi pour l'idée même de la nationalité.
NB : La franc-maçonnerie (Cf page "INTRODUCTION") a toujours cultivée la reconstruction de l'ancien temple du roi Salomon (la franc-maçonnerie comme résurgence des templiers "bâtisseurs du Temple de Salomon"-  source). Le lieu du temple est à Jérusalem sur le mont "sion". D'où l'origine du mot sionisme confondue avec le "sionisme politique" qui lui, serait voué à la "destruction" selon les souhaits de la franc-maçonnerie et d'Albert Pike (maçon 33e et créateur du REAA) comme exprimée dans sa lettre de 1871. Et les eschatologies catholiques et musulmanes renvoient à l'idée d'un roi, "faux messie" (/dajjal) qui corrobore cette destiné.
Au niveau militaire, on peut imaginer que la réalité des nouvelles armes technologiques dépasse très largement ce que conçoit l'inconscient collectif. On ne peut pas croire, vu le bond technologique entre les "barons du ciel" de 14-18 et les B2 bombardiers de 39-45 - en seulement 20 ans que sépare l'entre-deux-guerres - qu'il ne se trouve pas un écart technologique équivalent après 60 ans.
Ainsi, suivant cette hypothèse, on pourrait, malgré un Proche-Orient sans cesse en forte tension, et dans cette suite logique d'un nouvel empire ayant Jérusalem pour capitale, on peut très bien imaginer qu'Israël constitue malgré tout un lieu privilégié pour le stockage de l'or... Cela serait alors l'aboutissement de la destruction des nations ayant pour dessein le Nouvel Ordre Mondial (une dictature mondiale dont les dirigeants traitres et autres agents de la subversion, nous rabâche les oreilles depuis 1991 lors de la déclaration de Bush père) où "tous, petits et grands, riches et pauvres... reçussent une marque sur leur main droite ou sur leur front, et que personne ne pût acheter ni vendre, sans avoir la marque, le nom de la bête ou le nombre de son nom" - Rev 13-12 - eschatologie catholique)
D'ailleurs, si on considère Israël sur de nouvelles frontières conquises "allant de l'Euphrate au Nil", l'ancienne Babylone (actuel Irak) pourrait même y être incluse, confortant également l’eschatologie islamique mais cette fois au sens propre (plutôt qu'au sens figuré avec le "pétrodollar") qui dit que le fleuve de l ’Euphrate laissera apparaitre une montagne d’or, pour laquelle les gens vont s’entretuer.
Mais comme la stratégie habituelle n'est pas de mettre tous ses oeufs dans le même panier : quels autres lieux dans le monde ? US, Colorado - Norway, Svalbard - Suisse - le Vatican, la City ou Wall Street, ... : Toutes les hypothèses sont ouvertes...
Que doivent faire les victimes du hold up ?

 

La mise en esclavage des français


Plus tragique, pour couvrir le service de la dette (+ de 45 milliards par an, juste pour couvrir le remboursement des intérêts) et les versements à l'UE (20 milliards par an), l'augmentation sans cesse des impôts, envers les français et les entreprises nationales (PME/PMI) viennent de fait, directement alimenter les avoirs au sein de la BDF (et de la BCE), qui dans cette logique de la fuite accélérée liée à l'endettement, constitue une passoire. Mais cela ne se révélera clairement que lorsque l'effondrement monétaire sera effectif, et que l'on constatera (comme ces officiers allemands fraichement débarqués au lendemain de la reddition de la France, au siège de la BDF) que "la souterraine" est complètement vide...

 

Une marge de manœuvre étroite : Alors que faire ?



 1/ Déjà, à chacun d'éviter de jouer le jeu de remplir un puits sans fond en suant corps et âme pour ... rien. 
Quel intérêt y-a-t-il à alimenter par le fruit du travail un patrimoine qui échappe déjà au contrôle de l’État (moins souverain encore qu'il ne l'était déjà) et dont l'or finira (pour ce qu'il en reste) par quitter le territoire, au plus tard lors de l'effondrement monétaire et obligataire : en prévision de la situation sociale et politique que cela entraînera...

2/ Ensuite de bien comprendre et partager la connaissance... 
Et notamment celle sur la monnaie, à l’instar de Mayer Amschel Rothschild qui la résume en 1 phrase : "Accordez moi le pouvoir de la création de la monnaie et je ne me soucierai pas de qui fait les lois"
Le minima pour une politique d'union nationale ? La maxime de Rothschild mais à l'envers : "Peu m'importe qui gouverne, pourvu qu'il interdise l'usure et tienne sa monnaie (et donc un oeil sur les usuriers et leurs suppôts) "

3/ Tenir compte des expériences passées.
De l'expérience de la Commune de Paris 1871 (cf. article et histoire racontée par Henri Guillemin), on doit faire preuve d'humilité et considérer qu'un très faible niveau de connaissance ne laisse de perspective d'affranchissement que de l'ordre de quelques semaines. L'expérience de l'Allemagne ou l'Italie des années 30, n'a laissée entrevoir que quelques années de souveraineté. Les expériences de Kadhafi (voulant recréer le dinar-or en Afrique), de Saddam Hussein (voulant vendre son pétrole contre d'autres devises que le dollar), ont vite été réglées par l'Empire, sans vergogne. On passe, sur les tentatives d'émancipation ici ou là, par rapport à l'endettement, de quelques autres petites nations de l'ancien empire colonial...

Au bilan, les seuls états qui arrivent à s'émanciper durablement de la tutelle des banksters, sont ceux qui, pour des raisons géostratégiques, reçoivent l'appui d'autres protections (ex. Cuba par l'URSS, l'Iran par la Russie, la Corée du Nord par la Chine).
Les seules véritables souveraineté comme la Russie voire la Chine, l'obtienne par leur masse critique (militaire) et surtout l'autonomie/richesse en matière première et énergie.

On constate d'ailleurs les limites atteintes par la Chine en expansion, qui doit se positionner en Afrique, pour couvrir ses besoins. Également, les limites de son autonomie monétaire démontrée par sa propension frénétique à vouloir, depuis quelques années, transformer ses actifs en dollar par l'acquisition d'or physique. (Et on la comprend...)

Définir quelles ont été les stratégies économiques déterminantes pour sortir de la crise du début des années 30 en Europe ("la grande dépression")...

4/ Être créatif et pragmatique 
Si comme par le passé, les stocks d'or de l’État sont à nouveau quasiment inexistants, il faudra alors envisager de compenser les échanges internationaux compromis par une monnaie dévaluée (dans un contexte où l'or s'est raréfié) par une solution alternative.... 
Dans ce cas, comme il paraît que la France est un des "greniers de l'Europe", pourquoi ne pas envisager une compensation en matière première (si elle s'avère pérenne) et sur laquelle même carrément évaluer la monnaie, au moins le temps de reconstituer des réserves en or et argent ? On a bien vu le sucre, le riz et autres graines ou fruits secs jouer ce même rôle... Il faudra adapter le choix suivant la capacité de production et de conservation. Et pourquoi pas même un "panier de matières premières", comme o