Publié le 28/02/2017 à 13h17 par Valérie Deymes.
60 commentaires Salon de l’Agriculture : Marine Le Pen emballe Marine Le Pen a déplacé une foule de journalistes
Bonnaud Guillaume

Marine Le Pen est arrivée ce mardi matin au salon sous bonne escorte et attendue par une horde de cameras et micros de la presse nationale

Elle a emballé le public tentant d’entrevoir sa chevelure dépasser du magma de micros. La candidate Front National à la présidentielle, Marine Le Pen est arrivée mardi matin au salon de l’Agriculture. 

"En temps ordinaire je ne partage pas ses idées mais maintenant, il nous faut du changement. Les autres partis ont montré ce qu’ils étaient incapables de faire. Faut passer à autre chose" lâche ce retraité, heureux de photographier Fine, l’égérie bretonne à cornes et Marine "souvent dénigrée par les médias"... mais en tous cas loin d’être ignorée par ceux-ci.

Les journalistes l’attendaient en nombre, prêts à tout piétiner, y compris les vaches exposées et paisibles, pour attraper au vol une déclaration choc de la représentante frontiste.

La rédaction vous conseille

 

Enthousiasme chez les éleveurs

Mais surtout, Marine Le Pen a emballé les éleveurs. "L’enthousiasme est encore plus important que lors des salons précédents. Année d’élection présidentielle oblige !" fait remarquer sa nièce Marion Maréchal Le Pen, venue lui prêter main forte.

Et de se faire le relais avec Florian Philippot du programme du FN en matière agricole :

Développer le patriotisme agricole en donnant un avantage aux produits Français dans les marchés publics des cantines, "ce qui est interdit par l’Europe aujourd’hui".

Nationaliser la distribution des aides de la PAC et organiser cette distribution sur des critères plus justes

Réguler les négociations entre grande distribution et agriculteurs

Mettre un terme aux traités de libre échange

Le message passe bien. Qu’ils soient éleveurs de vaches laitières de Haute-Savoie, éleveurs de charolaises à viande, ou agriculteurs du Sud-Ouest, ils apprécient le temps que passe la candidate avec eux.

"On veut du changement. On est en train de crever. Et elle nous écoute et nous comprend…"

Pourtant, quand il s’agit d’évoquer une PAF (politique agricole française) plutôt qu’une PAC, le doute s’installe…un peu. Et puis s’en va.

Marine Le Pen a une fois de plus fait le plein dans le monde agricole. Il y a bien eu cet éditeur présent sur le salon, qui a joué de la casserole, pour rappeler que la candidate en traîne quelques-unes mais le bruit n’a pas fait sourciller la horde.
Marine est passée. Les vaches bousculées s’en souviennent.